D’où vient la carte de crédit ? Le journaliste David Castello-Lopes a fait ses recherches et nous a fait le plaisir de partager l’essence de ses trouvailles sur Europe 1, le 15 Avril 2022. Voici ce qu’il faut retenir de cette folle aventure, qui fut d’abord Américaine, puis française.

La carte de crédit aujourd’hui

Toutes les cartes de paiement ne sont pas des cartes de crédit. Les cartes de crédit sont des cartes bancaires qui permettent de payer, comme leur nom le suggère, « à crédit ». Il s’agit donc de payer plus tard pour un achat qui survient immédiatement. Dans un tel cas, c’est donc la banque qui paie le marchand et qui offre un délai au client final pour se faire rembourser. La contrepartie de ce service, quand il s’étend au-delà de 30 jours, est le versement d’un intérêt en plus de la somme à rembourser (le capital).

Aux États-Unis, les clients des banques peuvent décider de repousser un achat de 30 jours tous les mois, mais les intérêts à rembourser s’accumulent et peuvent rapidement s’envoler. On parle alors d’un taux de 20% qui s’applique en plus des sommes dues. Cette facilité de paiement engendre parfois des difficultés de remboursement à cause des montants trop importants à rembourser qui se cumulent de surcroît à des intérêts exorbitants.

En France, la très vaste majorité des cartes bancaires sont des cartes de débit. Bien que certaines cartes permettent d’activer un débit différé, cela n’en fait pas une carte de crédit pour autant. Parmi les cartes de crédit disponibles en France, il existe la très populaire Carte ZERO et aussi la carte bunq un peu moins connue.

Carte de crédit bunq

bunq est la seule néobanque présente en France à proposer une carte de crédit.

La carte ZERO est adossée à une réserve de crédit comme il est d’usage pour les vraies cartes de crédit. L’utilisateur de la carte sait quand il active sa réserve et ne paie des intérêts qu’au-delà d’une période de 6 semaines.

La carte bunq fonctionne différemment : elle repose sur le principe de débit différé, mais présente tout de même la mention « crédit » sur sa carte. Cela suffit à louer une voiture en toute tranquillité lorsqu’une carte de crédit est demandée par le loueur.

Les origines de la carte de crédit

La carte de crédit trouve son origine aux États-Unis dans les jetons de crédit numérotés. À cette époque, les clients pouvaient arriver dans un magasin avec un jeton numéroté qui indiquait au marchand qu’il pouvait leur accorder une facilité de paiement. Ce jeton était édité par le magasin lui-même pour lui permettre de faire la comptabilité des crédits accordés.

Plus tard, Frank McNamera a lancé un nouveau concept à la fin des années 40. Il décide alors de lancer une carte qui permet à leur détenteur d’utiliser des services sans devoir les payer immédiatement. À la place, c’est la firme de McNamera qui payait les montants dus et se faisait rembourser ultérieurement par les clients de ce club. Cette carte légendaire nommée carte du Diner’s Club fut un incroyable succès pour Frank McNamera.

Frank McNamera

Frank McNamera : inventeur du concept de carte de crédit dans les années 1940.

Le vrai début de la carte de crédit telle que nous la connaissons date de septembre 1958. La plus grosse banque des États-Unis, Bank of America, réussit à convaincre des centaines puis des milliers de commerçants en Californie d’accepter la nouvelle carte qu’ils allaient lancer. Bank of America a ensuite envoyé par la poste 60 000 cartes de crédit à des particuliers de la ville de Fresno en les autorisant de dépenser ce qu’ils souhaitaient (stratégie toujours connue sous le nom de Fresno Drop). Cette carte, appelée la Bankamericard, est la première carte de crédit de l’histoire utilisable comme moyen de paiement. Bankamericard s’est transformée au fil des années pour devenir ce que nous connaissons aujourd’hui sous le système Visa.

Les cartes se sont ensuite modernisées avec la banque magnétique puis la puce inventée par le français Roland Moreno en 1974.

Première carte de crédit en France

La première carte de crédit française est apparue en 1967 quand les cinq plus grosses banques françaises ont créé la carte bleue. Elle s’est développée depuis, mais a vite été supplantée par la carte de débit que nous utilisons tous. Les consommateurs français étant beaucoup plus protégés que les consommateurs américains des risques de surendettement, la carte de crédit a aujourd’hui beaucoup de mal à exister sous la contrainte d’une réglementation stricte.

En France, la carte de crédit existe surtout sous la forme de « crédit revolving ». Ce crédit à la consommation permet d’acheter un bien à crédit avec des démarches simplifiées, mais des intérêts toujours élevés. Cetelem et Sofinco sont les leaders de ce marché. Ils ont créé des partenariats avec de nombreuses enseignes commerciales pour offrir des cartes offrant des facilités de paiement à leurs clients.

Quel futur pour la carte de crédit ?

La carte de crédit physique devrait disparaître bientôt grâce ou à cause des moyens de paiement mobiles et de la biométrie. Les paiements sur Internet ne nécessitent déjà plus le moyen de paiement physique. Pour ce qui est des paiements en magasin, le paiement sans contact avec la technologie NFC des smartphones remplace intégralement le support physique.

Pour autant, ce qui fait l’essence d’une carte bancaire subsistera à savoir : un numéro, une date d’expiration, un cryptogramme visuel, un titulaire et un compte bancaire relié au moyen de paiement.

author-avatar

À propos de Fabien

Créateur de Spendways.com, Fabien est investi dans les nouveaux moyens de paiement pour les particuliers et les professionnels. Ces comptes, cartes et terminaux de paiement, simplifient le quotidien et suppriment de nombreux frais injustifiés. Sa mission est donc de les faire découvrir au plus grand nombre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.